Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte

Nouveaux produits

L'anorexie mentale : un trouble du comportement alimentaire – TCA

Publié le : 14/04/2020 10:15:20
Catégories : Accueil du blogue HandiKa , Santé, bien être, et la Silver économie

Les troubles du comportement alimentaire – TCA sont des conduites alimentaires différentes de celles habituellement adoptées par les personnes vivant dans le même environnement. Ces troubles sont importants et durables et ont des répercussions psychologiques et physiques.

L'anorexie mentale fait partie avec la boulimie et l'hyperphagie boulimique des troubles du comportement alimentaire. L'anorexie mentale se distingue de l'anorexie qui est une simple perte d'appétit, plus ou moins temporaire, pouvant être consécutive à une maladie ou un état anxiogène,

L'anorexie mentale est une maladie relativement rare (entre 0,9 et 1,5 % des femmes), elle se rencontre le principalement chez les adolescentes et les jeunes femmes.

L'anorexie mentale se caractérise par une restriction des apports alimentaires conduisant à une perte importante de poids associée à une peur intense de prendre du poids. La personne souffrant d'anorexie mentale a le sentiment d'être toujours en surpoids et cherche à maigrir par tous les moyens.

La privation alimentaire a des conséquences sur l'organisme :

  • des insomnies ;

  • de la fatigue permanente ;

  • des pertes de mémoire ;

  • une augmentation de la pilosité ;

  • des chutes de cheveux ;

  • une sensation de froid ;

  • la disparition des règles ;

Plus les privations sont intenses, plus les conséquences sont importantes : décalcification, ostéoporose, malaises, chutes de tension, anémie, carence en vitamines B, etc...

Les troubles des conduites alimentaires conduisant à l'anorexie sont donc le résultat de facteurs multiples :

  • des facteurs génétiques (risque familial) ;

  • des facteurs psychologiques (faible estime de soi, perfectionnisme);

  • des facteurs familiaux (deuil, divorce) ;

  • des facteurs biologiques (déficit hormonal, en sérotonine) ;

  • des facteurs socioculturels (critères de beauté, culte de la minceur) ;

Partager ce contenu