Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte

Les dispositifs existants pour se constituer, valoriser son patrimoine.

Publié le : 18/07/2019 10:25:55
Catégories : Handicap et assurance, Épargne/Finances

Les contrats d’épargne handicap et de rente survies ouvrent droit à une réduction d’impôt, sous les conditions suivantes :

  • Les primes afférentes aux contrats de rente-survie ouvrent droit à une réduction dimpôt lorsque ces contrats garantissent, au décès du souscripteur du contrat, le versement dun capital ou dune rente viagère :

         - à un enfant ou à tout autre parent en ligne directe ou collatérale jusquau troisième degré de lassuré, ou à une personne réputée à charge de celui-ci.

         - et lorsque ces bénéficiaires sont atteints dune infirmité qui les empêche soit, de se livrer dans des conditions normales de rentabilité à une activité professionnelle soit, sils sont âgés de moins de 18 ans, dacquérir une instruction ou une formation professionnelle dun niveau normal.

  • Les contrats d’épargne handicap sont des contrats d’assurance en cas de vie d’une durée effective au moins égale à six ans. Ces contrats garantissent le versement d’un capital ou d’une rente viagère à l’assuré atteint, lors de la conclusion du contrat, d’une infirmité qui l’empêche de se livrer, dans des conditions normales de rentabilité, à une activité professionnelle. La condition d’invalidité doit être remplie lors de la souscription du contrat.

Le taux de la réduction d’impôt est égal à 25 % du montant total des primes versées, dans une limite annuelle de déduction des primes de 1 525 €.

Une majoration de la limite annuelle est prévue à hauteur de 300 € par enfant à charge. Lorsque l’enfant est réputé à charge égale de l’un ou l’autre de ses parents, la majoration est établie à 150 €.

Le financement des retraites : une nécessité sociale et financière.

Le financement des retraites est actuellement assuré par des systèmes de répartition gérés par les caisses de retraite. A long terme, ce système sera insuffisant pour couvrir la charge de financement en raison de l'allongement de la durée de la vie et du vieillissement de la population.

Trois solutions peuvent être envisagées pour compléter le système de répartition.

  • une hausse des cotisations
  • un report de l'âge de la retraite, mais à condition de revenir au plein emploi;
  • le système actuel doit être complété par des formules de capitalisation, comme cela existe à l'étranger (par exemple les fonds de pension aux États-Unis, Royaume-Uni).

Partager ce contenu