Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte

Les myosites

Publié le : 07/02/2020 09:49:52
Catégories : Accueil du blogue HandiKa , Santé, bien être, et la Silver économie

Les myosites appartiennent aux pathologies musculaires chroniques (myopathies). Les myosites sont des myopathies inflammatoires auto-immunes rares (4 000 cas en France).

Les myosites sont classées en quatre grandes catégories, en fonction des symptômes, des auto-anticorps et des résultats de la biopsie musculaire.

Les myopathies inflammatoires sont des maladies rares, Elles causent une douleur et une faiblesse musculaire, qui peuvent évoluer vers une perte de la masse musculaire et une invalidité grave :

  • la polymyosite ;

  • la dermatomyosite ;

  • la myosite à inclusions ;

  • les myopathies nécrosantes se distinguent des trois autres types de myosites, car elles ne sont pas inflammatoires (absence de globules blancs à la biopsie musculaire).

Exemple des conséquences d'une inflammation des muscles provoquée par une dermatomyosite :

  • des difficultés à avaler ;

  • une pneumonie d'aspiration ;

  • des difficultés à respirer ;

  • des problèmes gastro-intestinaux ;

  • des complications cutanées ;

  • un risque aggravé d'infection notamment du système digestif et respiratoire,

La myosite à inclusions n'a pas de traitement spécifique actuellement, mais cette maladie évolue lentement sans compromettre le pronostic vital. Pour les autres myosites, le traitement repose sur une corticothérapie, suivie d'un traitement immunosuppresseur de longue durée. Ces traitements réduisent les symptômes et limitent l'évolution de la maladie.

D'autres formes de myopathie existent comme la dystrophie musculaire, caractérisée par une dégénérescence progressive des cellules musculaires, notamment la dystrophie musculaire de Duchenne ou myopathie de Duchenne. Il s'agit d'une maladie génétique provoquant une dégénérescence progressive de l'ensemble des muscles de l'organisme. Elle est liée à une anomalie du gène DMD, responsable de la production d'une protéine impliquée dans le soutien de la fibre musculaire. Il existerait 2 500 cas en France.

Partager ce contenu